Welcome To Special Olympics International!

We are a global organization with programs in 170 countries. This site may be customized by language and geographic region.

Eunice Kennedy Shriver

Eunice Kennedy Shriver, fondatrice de Special Olympics, est une pionnière de la lutte mondiale pour les droits et l'acceptation des personnes présentant des déficiences intellectuelles.

La vision d'une femme

Pionnière. Ainsi, ce qui étai au départ la vision d’une femme est devenu Special Olympics. En savoir plus

Eunice Kennedy Shriver avait foi en la justice. Mais, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, elle ne voyait pas vraiment de justice dans la façon dont les personnes ayant des déficiences intellectuelles étaient traitées.

Elle constatait qu’elles étaient exclues et systématiquement enfermées dans des institutions. Bien souvent ignorées et négligées, ces personnes avaient pourtant de nombreux talents à offrir, et Eunice Kennedy Shriver le savait.

Eunice Kennedy Shriver avait une sœur nommée Rosemary qui souffrait de déficience intellectuelle. Rosemary et elle-même ont grandi en jouant à différents sports toutes les deux et avec leur famille. Les sœurs nageaient, skiaient et jouaient au football ensemble. Mais, à l’époque, il n’existait que peu de propositions et de programmes destinés aux personnes comme Rosemary.

Eunice Kennedy Shriver devint une athlète à l’université. Elle commença à réaliser que l’activité qui pourrait réunir les gens de tous milieux était le sport.

Camp Shriver

Eunice Kennedy Shriver était persuadée que si l'on offrait aux personnes ayant des déficiences intellectuelles les mêmes chances et expériences qu’à toute autre personne, elles pourraient accomplir des miracles.

Elle concrétisa sa vision en 1962 en invitant des jeunes ayant des déficiences intellectuelles à un camp d’été organisé dans son jardin. Elle l’appela « Camp Shriver ». Son but était d’explorer les capacités des enfants dans un certain nombre de sports et d’activités physiques. C’est ainsi que l’idée à l’origine de ce premier Camp Shriver commença à germer. En juillet 1968, les tout premiers Jeux de Special Olympics International furent organisés à Chicago, dans l’Illinois, aux États-Unis. En savoir plus sur les événements ayant conduit à la naissance des Special Olympics..

Lors du discours de la cérémonie d'ouverture, elle déclara que ces premiers Jeux de Special Olympics organisés à Chicago se révélaient être « un événement fondamental », le fait que des enfants ayant des déficiences intellectuelles puissent devenir des athlètes exceptionnels et que « grâce au sport, ils puissent exploiter leur potentiel au maximum ». Elle s'est engagée à faire de cette nouvelle organisation, Special Olympics, un moyen d'offrir à toute personne présentant une déficience intellectuelle, où qu'elle se trouve, « une chance de jouer, une chance de concourir et une chance de progresser ».

Ainsi, ce qui était au départ la vision d'une femme est devenu Special Olympics International, mouvement mondial qui offre aujourd'hui ses services à plus de 4 millions de personnes présentant des déficiences intellectuelles dans plus de 170 pays.

Les premiers pas d'une visionnaire

Eunice Mary Kennedy est née à Brookline, Massachusetts, aux États-Unis, le 10 juillet 1921, cinquième des neuf enfants de Joseph P. et Rose Fitzgerald Kennedy.

Elle a obtenu un diplôme de sociologie à l’université de Stanford, à Palo Alto, en Californie. Après ses études, elle a travaillé pour le département d’État américain dans la Division des problèmes de guerre spéciaux. En 1950, elle est devenue assistante sociale à la prison pour femmes d'Alderson en Virginie-Occidentale. L'année suivante, déménagea à Chicago pour travailler avec la House of the Good Shepherd et la Juvenile Court de Chicago.

Le 23 mai 1953, Eunice Kennedy épousa Robert Sargent Shriver et prit, en 1957, la direction de la Fondation Joseph P. Kennedy, Jr.

La Fondation est créée en 1946 à la mémoire de Joseph P. Kennedy, Jr., aîné des fils de la famille, mort durant la Seconde Guerre mondiale, afin de poursuivre deux objectifs principaux : identifier les causes qui sont à la base de la déficience intellectuelle pour la prévenir, et améliorer les moyens disponibles dans la société pour les personnes présentant des déficiences intellectuelles.

Ouvrir la voie

Sous la direction d'Eunice Kennedy Shriver, la Fondation réalise des avancées considérables. On compte parmi celles-ci, la commission du Président Kennedy pour le retard mental, créée en 1961, le « National Institute for Child Health and Human Development » fondé en 1962, le réseau d'installations affiliées à des universités et de centres de recherche consacrés aux problèmes de déficience intellectuelle dans les plus grandes universités de recherche des États-Unis, établi en 1967 et d'importants centres pour l'étude de l'éthique médicale, établis dans les universités d'Harvard et de Georgetown en 1971. Dans les années 1980, Eunice Kennedy Shriver lance le concept « Community of Caring », programme éducatif pour les adolescents qui aboutit à la création de 16 centres « Community of Caring » et aux programmes correspondants dans 1 200 écoles publiques et privées aux États-Unis.

Reconnue dans le monde entier pour ses efforts en faveur des personnes ayant des déficiences intellectuelles, Eunice Kennedy Shriver reçoit également beaucoup de décorations et de récompenses dont la Médaille présidentielle américaine de la Liberté, la plus haute récompense accordée à des civils aux États-Unis, ainsi que des grades honorifiques de la part, entre autres, des universités de Yale et de Princeton. Malgré tous ces honneurs, elle a toujours pensé que le mérite revenait aux personnes présentant des déficiences intellectuelles.

Elle s'est éteinte le 11 août 2009, laissant derrière elle son mari, Sargent Shriver, et ses cinq enfants : Robert Sargent Shriver III, Maria Owings Shriver Schwarzenegger, Timothy Perry Shriver, Mark Kennedy Shriver et Anthony Paul Kennedy Shriver. Sargent Shriver est décédé le 18 janvier 2011.