Les bénéfices du ski de fond se font ressentir aussi hors piste.

Sergey Sizyukhin, athlète Special Olympics, déclare que le ski de fond a transformé sa vie.

Sergey Sizyukhin

Photo : Sergey Sizyukhin, athlète Special Olympics. Photographe : Martha Jo Braycich

Sergey Sizyukhin, 17 ans, n’était pas très doué pour le ski de fond quand sa mère l'a inscrit, il y a dix ans, dans une école de sports à Murmansk, adaptée pour les enfants et les adolescents souffrant de déficiences.

Il manquait d’équilibre et de coordination, et il n’avait pas la force physique de rester sur des skis pendant plus de 10 minutes.

Son entraîneur Irina Uzintseva, 47 ans, tenait ses skis et reculait à genou, tout en déplaçant ses skis un à la fois pour les faire glisser. Peu à peu, Sizyukhin a commencé à se débrouiller, et s'est entraîné quatre fois par semaine, 2 heures par cours.

L’entraînement a payé ; lors de la compétition nationale de Murmansk qui a eu lieu du 3 au 5 mars 2012, il a participé aux courses de 50 et 100 m. Sizyukhin resplendissait sur la piste, dans sa combinaison blanche bordée de rouge. Sa mère était au travail, c'est donc son aide-soignante personnelle, Irina Uzintseva, qui l’a amené à la compétition. « Sergey a fait d’énormes progrès depuis ses débuts à l'école de sports », a déclaré Uzintseva.

 »Les médecins ont été surpris par l’amélioration de l’état de santé de Sergey. Il est physiquement plus fort et il est capable de mieux se concentrer. Mais surtout, il est heureux », a-t-elle déclaré. « Et ses parents et son frère de cinq ans l’adorent », a-t-elle ajouté.

Sizyukhin, qui est autiste, a fait preuve de timidité et de réserve pendant l’épreuve, avançant progressivement sur ses skis dans la zone de compétition. Jusqu’au moment où il s’est retrouvé dans un café à proximité, avec une tasse de thé et une pâtisserie devant lui ; il a alors commencé à décrire de manière animée la course qu'il venait de faire, et il était enchanté de sa performance.