Welcome To Special Olympics International!

We are a global organization with programs in over 220 countries. This site may be customized by language and geographic region.

Grâce à sa très forte détermination, un nageur improbable devient champion

Abdel-Rahman Hassan Al-Hemdan avait décidé de nager. En dépit de sa paralysie et de la lenteur de ses progrès, ses performances ont émerveillé son père, puis le monde.

Le désir de nager

Dans l’eau. Hemdan est aidé pour entrer dans l'eau aux Jeux mondiaux d'été organisés à Shanghai en 2007.

Abdel-Rahman Hassan Al-Hemdan, jeune nageur saoudien de 10 ans, a réalisé l’impossible pour son pays en décrochant deux médailles d’or lors des Jeux d’Été Mondiaux Special Olympics à Shanghai.

Le jeune champion est devenu le nouveau prodige de son pays en suscitant l’admiration des spectateurs chinois qui l’ont vivement applaudi lors des compétitions. A moitié paralysé, il a nagé gracieusement comme un dauphin. Les deux médailles d’or lui ont été remises pour les épreuves du 25 et 50 mètres. 

Le père d’Abdel-Rahman se rappelle comment son fils a commencé à nager. « C’était une pure coïncidence », dit Hemdan, son père. « Le frère d’Abdel-Rahman, Youssef, et certains membres de la famille prenaient des leçons de natation. Lorsqu’ils s’entraînaient, ils emmenaient Abdel-Rahman qui les regardait.

« Bizarrement, il me demandait tous les jours de l’aider à plonger dans l’eau, mais j’avais peur à cause de son handicap mais aussi de son asthme. Mais Abdel-Rahman a insisté ; je lui ai donc acheté un maillot de bain spécial et il a commencé à nager avec les entraîneurs ; j'ai ensuite collecté des informations concernant sa condition médicale sur Internet et dans des livres. » 


Des progrès réguliers

Victoire. Hemdan montre ses médailles.

« Il a fallu un mois pour qu’Abdel-Rahman puisse retenir son souffle sous l’eau pendant trois secondes. Au cours de son entraînement quotidien, j'essayais de lui cacher ma peur. J’étais inquiet pour son état de santé.

« Mais au contraire, il était patient et déterminé à réussir. Je n'ai jamais vu autant de volonté chez un athlète, même ceux qui sont physiquement aptes. Il lui a fallu une année d’entraînement pour pouvoir nager un mètre. Pouvez-vous imaginer à quel point il était déterminé ?

« L'objectif suivant était de parcourir dix mètres, et il a maintenu ses efforts jusqu'à ce qu'il ait atteint ce niveau. De plus, Abdel-Rahman a continué à obtenir de bons résultats à l’école. » 


Aux Jeux Mondiaux en Chine


« Quand je me rappelle ces premiers jours, les séances d’entraînement difficiles et le suivi nécessaire, je remercie Dieu de son soutien. C’était le rêve de mon fils et un message adressé au monde pour montrer à tous les capacités réelles d’un enfant avec un handicap mental. Je suis tellement fier de lui.

« Ce fut un moment remarquable pour Abdel-Rahman et les spectateurs chinois l'ont vivement applaudi quand il a remporté les médailles d'or. Il est devenu une star et tout le monde voulait prendre des photos de lui ou prendre une pose avec lui.

« Les médias chinois l’ont surnommé ‘Le Champion’ et il a fait la couverture de plusieurs magazines locaux en Chine, mais aussi les gros titres dans les journaux et les bulletins télévisés. Il a reçu de nombreux cadeaux de ses fans, surtout de la part du personnel de l’hôtel qui faisait partie de ses supporters. »

Œuvrer pour l’avenir

« D’après mon expérience, je conseille aux parents et aux familles d’œuvrer pour l’avenir des athlètes en situation d'handicap mental. Si nous, les personnes valides, souffrons quand nous sommes confrontés à certains problèmes, imaginez ce que ressent une personne handicapée physique ou mentale.

« L’athlète Special Olympics doit commencer à s’entraîner à un très jeune âge, dans le cadre d’un programme bien organisé. Cela lui permettra de prendre confiance en lui, ce qui est essentiel. Les parents doivent aussi aider les enfants à s'intégrer dans la société. »

Enfin, Hemdan croit fermement que son fils a su faire passer le message depuis l’Arabie Saoudite vers le monde, ce que lui-même n’aurait pas pu faire.

« Je n’aurais pas su le faire aussi bien que lui. Nous sommes fiers de lui. A chaque fois que les Chinois le rencontraient, ils le saluaient en l’appelant ‘le Saoudien’ en chinois. Abdel-Rahman est la fierté de notre pays », conclut Hemdan.